Le financement suscite bien des préoccupations de la part des parties prenantes dans l’écosystème tunisien. Tant de mécanismes ont été enclenchés après la crise sanitaire pour sauver les entreprises et soutenir une économie en mauvaise posture. L’attention est désormais portée sur les startups et les nouvelles pousses. Créer un environnement bienveillant serait un levier de création de richesse et donnerait lieu à une relance économique en bonne et due forme. Dans cette même veine, ANAVA, le premier fonds des fonds en Afrique, a été lancé pour mettre en avant l’innovation et l’entrepreneuriat. Focus.

Lancé officiellement le 23 mars 2021, le fonds des fonds ANAVA se place comme l’un des piliers clés de l’initiative nationale "Startup Tunisia" qui ambitionne de faire de la Tunisie un pays de l’innovation et des Startups à la croisée de la Méditerranée, de la région MENA et de l’Afrique.

L’objectif est de créer plusieurs fonds sous-jacents, dédiés aux Startups, qui investiront à chaque stade de développement des Startups, à savoir les phases d'amorçage, de démarrage et de post-démarrage. Libellé en devise étrangère, le fonds des fonds ANAVA offre la possibilité aux fonds sous-jacents d'investir en Tunisie et à l'étranger. Il s’agit d’une solution aux problèmes de financement et d'internationalisation des Startups tunisiennes.

D’une taille cible de 200 millions d’euros, avec un premier closing de 40 millions d’euros, soit la contre-valeur de 130 millions de dinars souscrits entièrement par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) à travers le financement de la Banque Mondiale, le Fonds des Fonds est géré par SMART Capital conformément aux meilleurs standards internationaux.

Avec un peloton d’investisseurs, plaçant leur confiance dans le génie des innovateurs tunisiens, le Fonds des Fonds ANAVA devrait atteindre les 75 millions d’euros d’ici la fin du deuxième trimestre de 2021 avec l’appui de la banque allemande de développement KFW qui gérera les fonds de l’Union Européenne et de l’Allemagne qui participent par la prise de participation aux projets. D’autres partenaires suivront!

À la rescousse des startups

"Le Fonds des Fonds ANAVA n’investit pas directement dans les Startups, il investit plutôt dans les fonds sous-jacents qui devraient financer, à leur tour, les Startups par des fonds propres et quasi-fonds propres" indique Boutheina Ben Yaghlene, Directrice Générale de la CDC à Gomytech. L’objectif escompté est que le Fonds des Fonds ANAVA puisse investir au minimum dans 16 fonds spécialisés en seed stage, avec une taille minimale du fonds de 5 millions d’euros.

Source: Linkedin/Startup Tunisia

De plus, ANAVA compte aussi mobiliser des fonds early stage, doté d’une taille minimale de 10 millions d’euros. En outre, le fonds des fonds table aussi sur un fonds growth stage avec une taille minimale de 50 millions d’euros. "Il permettra le financement de pas moins de 350 Startups" ajoute la directrice de la CDC.

Dans une optique de partage de ressources et d’optimisation du fonds, ANAVA n’investit pas plus de 75% dans les fonds seed, 50% dans les fonds early et 20% dans les fonds late ou growth.

Source: Linkedin/Startup Tunisia

Un mécanisme bien étudié

Il est à reconnaitre que le Fonds des Fonds est loin d’être une simple charité. En effet, les bénéficiaires du Fonds des Fonds ANAVA sont sélectionnés par un comité de haut niveau dont la mission est de définir si les soumissionnaires sont éligibles et répondent aux critères définis de l’industrie VC.

Les principaux critères d’éligibilité des sociétés de gestion des fonds sous-jacents sont d’abord l’indépendance des équipes. En effet, les équipes de gestion doivent être actionnaires de leurs sociétés de gestion à plus de 50% du capital afin de garantir l’indépendance de gestion et le bon alignement d’intérêts.

De plus, les fonds sous-jacents au Fonds des Fonds sont appelés à nouer des liens avec un partenaire stratégique. ANAVA exige un partenaire stratégique pour les Fonds Seed Stage et Early Stage pour permettre un transfert de savoir-faire et assurer un accompagnement optimal des Startups financées.

Puis, le 3ème critère est le Fund Matching. Plus précisément, la société de gestion doit justifier de sa capacité à boucler sa levée de fonds avec des éléments probants pour le fund matching, entre-autres avec les lettres d’intentions.

Ensuite, les sociétés gérant les sommes octroyées par le fonds ANAVA sont appelées à être ancrées en Tunisie et être de droit tunisien tandis que les Fonds Late Stage auront l’exigence d’ouvrir un bureau en Tunisie.

Pour ce qui est des ressources humaines, souvent des équipes aux profils et compétences transversales complémentaires avec idéalement une exposition internationale et des expériences de qualité sont appréciées. Selon les dires de la directrice de la CDC, les First Time Team | First Time Fund sont encouragés.

Et finalement, la société de gestion doit être non seulement de droit Tunisien mais aussi, elle doit être agréée par le Conseil du Marché Financier. Pour les fonds Late stage, la société de gestion peut être de droit étranger à condition de disposer d’un bureau en Tunisie.

Source: Linkedin/ Startup Tunisia

Innover en 2021

Il est impossible de tourner la page d’une année 2020, riche en transformations individuelles et collectives, à l’échelle locale comme mondiale. L’onde de choc de la crise sanitaire n’est pas derrière nous. "Lors de la crise sanitaire COVID-19 en 2020, nous avons pu constater une grande capacité des jeunes tunisiens à innover, à percer de nouveaux marchés et à répondre à des nouveaux besoins. Cette capacité d’innovation est renforcée par un cadre juridique spécifique et propice pour les startups tunisiennes, à savoir le Startup Act qui se veut un cadre libérateur des énergies et de la créativité de nos jeunes" a-t-elle expliqué.

Aujourd’hui, la Tunisie ne compte pas moins de 450 Startups labélisées, l’objectif de labéliser 200 Startups par an est déjà dépassé. "Quand bien même la conjoncture est difficile, la Tunisie rebondira sûrement par sa jeunesse, nous avons tous les ingrédients nécessaires, il faut surtout croire que demain commence maintenant" a soutenu Boutheina Ben Yaghlene.