L’homme envisagerait de vivre dans l’espace. Et il a pensé à tout, même à une connexion internet sur la Lune. Dans ce cadre, la multinationale finlandaise des Télécommunications Nokia et l'agence gouvernementale responsable de la majeure partie du programme spatial civil des États-Unis, la NASA, projettent de mettre en place la 4G sur la Lune pour révolutionner les communications de surface lunaire.

Destiné aux astronautes, ce réseau cellulaire lunaire devrait être déployé fin 2022 en prélude de l'arrivée des astronautes du programme Artemis en 2024.

Le choix de Nokia résulte d'un appel d'offre d’une valeur de 14.1 millions de dollars lancé par la NASA, que le géant finlandais a remporté. Vu le montant du contrat, Nokia, tout comme la NASA, semble  persuadée de l'installation d'une présence humaine durable sur le satellite.

Pourquoi un réseau 4G sur lune?

Non, il ne sera pas question de faire des stories sur Instagram ou de faire le Moonwalk sur Tik-Tok lors d’une mission sur la lune, mais plutôt de permettre aux astronautes de communiquer convenablement avec les robots. En effet, il s’agit d’utiliser de nombreuses applications de contrôle à distance d’engins spatiaux, d’assurer la navigation en temps réel et le streaming vidéo HD. De plus, ce réseau assurera une meilleure communication entre l’astronaute et la NASA.

Dans un communiqué rendu public par la société finlandaise, celle-ci affirme que "ce réseau pourra soutenir toute activité que les astronautes devront mener, permettant l'échange de communication par voix et vidéo, la télémétrie et l'échange de données biométriques, ou encore le déploiement et la manœuvre de robots".

L'objectif est donc clair: Faciliter la mission des astronautes sur le sol lunaire.

Les technologies sophistiquées à l’honneur

Nokia n’hésitera pas à sortir l’artillerie lourde. En effet, le réseau lunaire prévu par Nokia comprend une station de base LTE avec des fonctionnalités EPC (Evolved Packet Core) intégrées, un équipement utilisateur LTE, des antennes RF et un logiciel de contrôle des opérations et de la maintenance (O&M) à haute fiabilité.

En outre, c’est Nokia Bell Labs qui sera chargé de construire tous les matériaux nécessaires à cette première. Le laboratoire de Recherche et Développement de Nokia promet une solution ultra-compacte, à faible consommation et ce pour fin 2022. Bien entendu, le réseau s'autoconfigurera lors de l’atterrissage et du déploiement et pourra évoluer par la suite vers la 5G, grâce à une mise à niveau.

La panoplie à déployer lors du lancement de la 4G sur la lune est capable de résister aux conditions de lancement et d’atterrissage sans s’écraser sur la surface lunaire. Elle peut même assurer un autopilotage dans les conditions extrêmes et hostiles de l’espace. Le matériel sera "déposé par l'atterrisseur lunaire Nova-C. L'appareil est conçu pour déposer de petites charges limitées à une centaine de kilos" sur la Lune assure le site Futura Sciences.

La Lune puis...Mars

Ce test grandeur nature de la 4G sur la Lune aura un véritable enjeu pour la NASA. En effet, en 2024, la Mission Artémis 3 enverra deux astronautes américains une nouvelle fois sur la Lune, une première depuis 1972, avec pour objectif d'y établir une base permanente.

Si cette mission parvenait à être atteinte, celle-ci serait le prélude à une mission du même niveau sur Mars, avec également à la clé un réseau cellulaire puis une base permanente sur la planète rouge.